Chantiers

LesAssisesdelaMédiation#4Tousàl’eau

17 octobre 2019 : la team du service culturel se dirige vers la zone de l’eau, théâtre d’un nouvel épisode des assises de la médiation.

00 : 00 – Présentation du projet
04 : 02 – 1ères réactions à chaud
04 : 43 – « Mini Vaisseau Camp »
08 : 26 – 1ères idées de médiation
10 : 50 – Interlude
11 : 13 – Restitution

Je m’approprie, tu t’appropries, nous nous approprions..

Les travaux de réaménagement viennent tout juste de s’achever. Il est temps à présent de découvrir l’espace d’exposition renouvelé et de tester les nouvelles manipes.

Durant toute une après-midi, nous allons donc tenter de décortiquer le potentiel de comprentissage et de médiation de l’exposition : à travers des échanges de savoirs et de savoir-faire mais aussi par la confrontation des points de vue. Tout un programme !

© Le Vaisseau

Les activités de comprentissage mettent l’accent sur la construction des interprétations, le fait de donner du sens à l’expérience vécue… Qu’as-tu retenu ? Qu’est-ce qui a été important pour toi ? Quelle résonance par rapport à tes représentations personnelles ? Que pourrais-tu en faire ?

Action – réactions : séquence émotions

Après le traditionnel slam de Julien et quelques informations générales sur le projet muséographique, nous rentrons dans le vif du sujet par le biais d’une séance de « Mini Vaisseau Camp ».

Guidés par les consignes de Margot, nous évaluons à coup d’émojis cette première expérience des manipes et partageons nos ressentis. Quels sont nos coup de cœur, les manipes que nous jugeons les moins intéressantes ? Quels sont les éléments qui nécessiteraient des explications? Ceux qui semblent favoriser la collaboration, une expérience en famille, etc. ?

Simple mais efficace ! Ces retours sont croisés avec les données récoltées la veille à l’occasion d’une session de « Mini Vaisseau Camp » (MVC) réalisée en présence d’une quinzaine d’enfants qui ont découvert et testé la zone de l’eau en avant-première.

© Le Vaisseau

Nous esquissons ainsi une première représentation collective de l’exposition, de ses qualités mais également de ses défauts. Quelques manipes se dégagent du lot, certaines pâtissent d’un manque de consignes (comment ça, il n’y a pas de texte dans l’expo !?), des différences de perception apparaissent dans l’approche des éléments,  des envies ou des besoins en médiation se manifestent. Tiens tiens, ça tombe bien, c’est justement l’objet du second temps fort de l’après-midi !

Action – réactions : séquence idéation

C’est reparti pour un tour dans l’expo ou plutôt 3 petits tours : 3 groupes, 3 bassins.

En mode world café, nous passons en revue alternativement l’ensemble des manipes. Les discussions fusent, des idées de médiation prennent forme pour augmenter les dispositifs, mettre en évidence un contenu, détourner une activité. Celles-ci s’étoffent, divergent ou convergent à mesure que les groupes « switchent » de bassin en bassin.  A la charge de chaque groupe, à l’issue du 3ème et dernier round de présenter au reste de l’équipe une synthèse des idées développées lors des passages successifs sur les bassins – les manipes.

© Le Vaisseau

Concrètement, et à quelques jours d’une réouverture officielle, le brainstorming fournit des premières pistes de médiation, des « proto-animations » qui pourront être testées avec les visiteurs lors du weekend inaugural.

Au-delà  de cette perspective, l’exercice préfigure la continuation du renouvellement de la zone de l’eau courant 2020. Outre le travail de scénographie et un storytelling à renforcer (c’est l’histoire d’un jardin qui pénètre à l’intérieur du bâtiment, d’étendues d’eau et de pontons, de falaises et d’une caverne… ), il s’agira d’envisager tout particulièrement le développement complémentaire de la médiation écrite et de la médiation humaine dans l’exposition.

Action – réactions : conclusion

L’appropriation collective d’un nouvel espace d’exposition est un prétexte pour questionner nos méthodes de travail. C’est une occasion (parmi d’autres) d’engager de nouvelles dynamiques plus collaboratives, de souligner des pratiques professionnelles qui restent parfois cloisonnées (même au sein d’un unique service !) et de concevoir pourquoi pas nos projets respectifs moins comme des sprints que comme des courses de demi-fond ou par étapes, doublées d’un relais par équipe.