Chantiers

MiniVaisseauCamp#1Etsioninterrogeaitlesenfants?

Margot Coïc

Publié le Posted on par Margot Coïc

Margot est arrivée au Vaisseau au début de l'été 2019. Véritable pile électrique, cette muséographe curieuse de tout est une boîte à idées ambulante. Particulièrement sensible aux questions d'égalité entre les hommes et les femmes, elle pratique l'écriture inclusive.


«Il a demandé leur avis à des tas de gens ravis
Ravis, de donner leur avis sur la vie »
Alain Souchon

En juin 2019, le Vaisseau a organisé son « Vaisseau Camp » : un temps de rencontre entre les équipes du Vaisseau et ses partenaires dans le cadre de la rédaction du futur projet scientifique et culturel (PSC pour les intimes). Ce temps permettait de les interroger sur des questions qui nous titillaient comme la place du numérique, notre place sur le territoire ou encore l’accueil des publics spécifiques.

Interroger nos partenaires sur le Vaisseau était essentiel, et très vite on s’est demandé comment interroger nos visiteurs et visiteuses ? Comment interroger un public qu’on connait mal ? On sait que nos visiteurs et nos visiteuses ont entre 2 et 14 ans, qu’ils sont accompagné de leurs parents, de leurs grands-parents, de leurs enseignants ou encore de leurs animateurs périscolaires. Ce sont des locaux et des touristes, des plus ou moins habitués qui viennent tous les week-ends ou plusieurs fois par an,  ou encore des primo-visiteurs.

© Conseil Départemental du Bas-Rhin

Au début, ce ‘truc’ qu’on a appelé ‘mini vaisseau camp’ était pensé comme un espace de consultation des publics. Un moment pour mieux les connaitre tout en testant des prototypes d’idées ou d’objets. Peut-être aussi un outil pour constituer plus tard un comité de visiteurs ?

On l’imaginait comme un vrai laboratoire de co-conception qu’on pourrait, plus tard, mettre à disposition des étudiants ou d’autres professionnels.

Si le concept était posé, il manquait la forme. La façon dont on allait interroger les publics. Et surtout : sur quoi ? Pendant l’été, nous n’avions pas grand-chose à interroger ou tester : les animations de l’été étaient rodées, celles de la rentrée en cours mais pas encore prêtes à passer sous cette moulinette, la nouvelle zone de l’eau presque terminée et les manipes chez le manipeur en Allemagne. Bon…

Il y avait bien cette idée de leur demander leur avis sur le Vaisseau, sur son potentiel émotionnel, les souvenirs associés, ce que les enfants aiment et aimeraient y faire dans le futur, leurs manipes préférées, etc.

Petit à petit, on a imaginé une sorte de stand avec des questions sur eux, la raison de leur visite et ce qu’ils font quand ils sont au Vaisseau. Et des modes d’interrogation différents selon l’élément interrogé et les tranches d’âges (dessin, jeu de construction, fresque, etc.). On mélangeait tout : le visiteur et sa visite (qui, quand, pourquoi, avec qui ?), l’accueil et la médiation, son retour d’expérience après la visite et ses attentes pour le Vaisseau du futur.

On tournait en rond, toujours autour des mêmes questions : pourquoi on fait ça ? Qu’est-ce qu’on attend ? Qu’est-ce qu’on veut leur demander déjà ?

A chaque réunion ces questions revenaient. On bloquait.

via GIPHY

L’équipage arrivera-t-il à dépasser son blocage ? A se sortir de la panade ? A redonner à ses idées un souffle nouveau ? A les transformer enfin en projet ?
La suite au prochain épisode…