Le Lab'Oh

PourquoilacréativitéauVaisseau?Question,concertationetrécolte.

Florent Alexandre

Publié le Posted on par Florent Alexandre

Florent, diplômé d'un BTS de design produit, puis d'un DSAA, a fait un stage au Vaisseau en 2016 pour accompagner la création du Lab'Oh.

Je suis à la recherche de matières pour fabriquer la double de page du LAB’OH dans le JDB (Journal de Bord). Je me suis un peu accapareé cette mission car elle me semble importante dans le fonctionnement même du Vaisseau. Cette page communique les valeurs du centre culturel : la pensée divergente, la manipulation et l’expérience pour l’éveil des enfants. Être créatif est à la portée de tout le monde. C’est la philosophie du Vaisseau. C’est pourquoi, cette double page doit montrer cette implication, cette recherche, cette réflexion de la part de toute l’équipe pour mettre en place ce projet d’envergure ! C’est aussi une grande première pour le Vaisseau de créer sa propre exposition, d’où l’intérêt que je porte pour cette double page. Mais qui regarde le JDB ? Ceux sont, m’explique Christel, des parents qui projettent leurs enfants au Vaisseau pour passer un bon moment en famille. Il est question donc d’accessibilité et de surprise à la fois…

J’ai donc mis en place un « dispositif de concertation » au Bocal. J’ai profité de l’atelier des petites mains pour sensibiliser davantage de personne à prendre part au dispositif : se questionner sur la créativité, débattre autour de mots clés, représenter graphiquement des notions et montrer une équipe dynamique aux yeux des lecteurs du JDB. L’idée est que chacun puisse s’exprimer sur sa vision de la créativité à l’aide de papiers post-it, de flèches et de points d’interrogations, du scotch et des feutres ; du simple matériels de bureau.

Je laisse le dispositif jusqu’à vendredi. C’est encore trop timide et l’équipe du Vaisseau n’a pas l’habitude de ce genre de dispositif. C’est là où on peut voir les limites des acquis personnels de la méthode insitulab. Mon regard de designer n’est pas le même que tout le monde. C’est pourquoi je dois encore pousser le dispositif pour le rendre plus accessible encore. À méditer.

Laisser un commentaire